WellCareMedicalCentre.com

5 Millions de végétariens en Italie. Il y a plusieurs raisons à ce choix

L'armée grandit végétarienitalien. Selon le dernier rapport Eurispes , cinq millions de compatriotes ont choisi d'éliminer de leur régime viande et poissons et 0,4% ont décidé faire sans même oeufs et lait embrassant le régime végétalien

Les données ont été présentées ces dernières semaines par Leonardo Pinelli , vice-président de la Société Scientifique de Nutrition Végétarienne. C'est la situation en Italie: pour choisir le régime végétarien sont principalement des femmes (72% par rapport à 5,3% des hommes) et parmi les rangs des végétariens il y a aussi beaucoup de jeunes (13,5% sont âgés entre 18 et 24 ans).

En raison d'un choix aussi radical, je suis de nature différente. Pour presque la moitié des végétariens, un régime sans viande est bon pour la santé et ce n'est pas une théorie sans fondement. De plus en plus de recherches scientifiques confirment que consommer moins de viande rouge au profit de fruits et légumes peut réduire le risque de développer certaines maladies.

Une étude de l'ONG britannique remonte à quelques mois World cancer Research Fund qui a révélé que la moitié des tumeurs de l'intestin vous pouvez simplement éviter de limiter à 500 grammes par semaine de consommation de viande rouge. La recherche a examiné 24 études menées sur le sujet et a confirmé que 43% des cas de cancer de l'intestin seraient directement liés à un régime alimentaire incorrect.

Mais les raisons de l'élimination de la viande ne sont pas seulement liées aux risques pour santé Un remarquable 44% des végétariens ont choisi de se passer de viande en particulier pour une idéologie animaliste . Et les autres?

Avec ces deux motivations croissent ceux qui croient que manger moins de viande se traduit par moins de pollution . Un régime qui favorise les produits offerts par la nature serait plus éco-durable et aurait un impact environnemental moindre. Bien que cette théorie est un large consensus dans les études les plus récentes.

Une étude publiée dans Magazine World Watch et signé par des chercheurs nord-américains Robert Goodland et Jeff Anhang a mettre l'accent précisément sur l'impact environnemental de l'élevage: près de la moitié des gaz à effet de serre synthétiques sont émis par les élevages industriels pour un total de 32,6 milliards de tonnes de dioxyde de carbone produites chaque année.

Une étude de Cristopher Weber de l'Université Carnegie Mellon est également arrivée aux mêmes conclusions qui ont montré que la transposition du bétail et des produits n'affecte que 11% des émissions de gaz à effet de serre, tandis que la production agricole ou l'industrie représente 83%.

Les données sont le résultat d'une analyse qui a pris en compte la production de gaz à effet de serre dans les fermes, mais aussi le méthane produit par le métabolisme animal et les oxydes d'azote libérés de la fert colorants utilisés pour la production de fourrage.

Voir Aussi